L'Écho
de septembre 2017

Travaux

LES PEUPLIERS DU PARC COMMUNAL PLUS éCOLOS !

Pour que la nature reprenne pied dans le parc du village…

La taille des peupliers dite « en têtard » consiste en un recépage sévère lors de la taille de formation. Cette coupe est typique de la région, de nos campagnes et se pratique depuis le Moyen-Age. Elle a grandement disparu suite au remembrement. Cette intervention s’effectue pendant le repos végétatif des arbres, avant que la sève ne remonte dans les parties aériennes des sujets. Après la taille, des bourrelets de cicatrisation se forment : d’où le terme « têtard » qui rappelle la grosse tête de cette larve de batracien. Ces arbres deviennent alors des « monuments » de la biodiversité car ils deviennent le gîte et le couvert de nombreux animaux : insectes, petits rongeurs, oiseaux de type mésange et rouge-gorge s’installent… Dans un deuxième temps, d’autres hôtes plus imposants s’intéressent aux lieux comme les rapaces nocturnes ! Tous les 8 à 10 ans, une taille d’entretien est effectuée et consiste à couper à nouveau sur les anciennes coupes, ce qui contribue à faire grossir cette énorme tête de têtard… On intervient généralement en deux temps, afin que les habitants des lieux puissent déménager vers un arbre voisin pour y retrouver les mêmes conditions de vie...

UN PARC PUBLIC EN « MODE » GESTION DIFFÉRENCIÉE

Afin d’embellir l’espace esthétiquement et écologiquement, c’est environ soixante-dix arbustes qui a été planté dans le parc au mois de février. Disposés en haie vive, ces végétaux donneront rapidement un fond à ce site, le délimiteront,apporteront de la diversité : des couleurs de feuillage, des fleurs, des fruits, des parfums…

Nous avons fait le choix d’implanter des espèces locales qui s’adaptent à notre sol et notre climat : Fusain d’Europe, Bourdaine, Erable champêtre, Viornes,Eglantier, Houx… Cette création de haie permettra, entre autre, de redonner une identité régionale à ce lieu, de développer des corridors écologiques, de protéger des vents dominants…

De plus, ces essences végétales permettront d’accueillir notre faune sauvage régionale : papillons, abeilles ,oiseaux…. 

^