L'Écho
de mai 2017

Présentation de la commune

Située entre Lomme et Armentières, Capinghem est une petite commune résidentielle de Lille Métropole. En nette et constante progression démographique depuis le début du XXe siècle, elle a beaucoup souffert des guerres religieuses et fut détruite à 95% durant la Première Guerre mondiale.

Histoire de Capinghem

Au Moyen Âge, la seigneurie de Capinghem ou fief de la Vichte compte comme l’une des plus importante du secteur. Elle passe ensuite à la famille Vilain de Gand dont l’illustre Maximilien, Comte d'Isenghien, est connu pour avoir sévèrement réprimé les ravages des Gueux (iconoclastes) en 1566.

En 1646, lors du siège d'Armentières, les maréchaux de Gassion et de Rantzau, dirigeant l'armée française contre Lomme, assiègent la paroisse.

Un dénombrement daté de 1543 donnait 33 feux (maisons). On en compte aujourd'hui plus de 850.

Le village qui appartenait aux Pays-Bas espagnols est rattaché à la France en 1668.

A la Révolution Française, sous l'impulsion d'Augustin François Tirant, premier maire, un nouvel essor économique complète l'activité agricole grâce au développement du travail du lin, du cuir et du petit artisanat.

Tout au long du XIXe siècle, la population ne cesse d'augmenter au rythme des constructions nouvelles. L'implantation de la brasserie Fréteur (1890) provoque même un boum démographique.

Pendant la Première Guerre mondiale, le village situé à proximité de la ligne de Front provoque sa destruction à plus de 95%, et entraînera un net ralentissement de son essor. Il faudra attendre les années 1930 pour voir un renouveau économique et social.

Aujourd'hui, Capinghem qui a vu sa population doubler en trente ans présente deux aspects. Le cœur du village ancien autour de l’église a gardé son caractère rural. Les nouvelles constructions autour des grands axes routiers lui donnent un aspect plus urbain.

^